les galgos

Chaque année en Espagne, plus de 8000 à 10 000 lévriers (galgos) sont torturés puis massacrés par des galgueros (chasseurs de lièvres).
Ce chien est surtout utilisé à la chasse au lièvre qui ne dure que quelques semaines pendant l'année ainsi qu'à des courses de lévriers (le plus souvent non homologuées).
Plus de 50 000 sont abandonnés dans les campagnes et les centres villes (mourant de faim). La fourrière ne pouvant pas tous les attraper, beaucoup finissent sous les véhicules. D'autres, après avoir été maltraités durant leur courte vie et une fois la saison de chasse terminée, finiront massacrés par leurs maîtres dans une extrême cruauté.

~~ Pendus dans les bois (bois réputés en Espagne pour leurs cadavres de chiens). Les meilleurs lévriers sont pendus haut et court afin de les faire mourir vite alors que les moins performants sont pendus les pieds touchant le sol, obligeant ainsi l'animal à sautiller sur place avant de se laisser pendre d'épuisement (Punition ajoutée à son exécution).

~~ Aspergés d'essence pour être brûlés vifs.

~~ Jetés (souvent à plusieurs) au fond d'un puits asséché.

~~ Attachés à l'arrière d'un véhicule puis traînés sur plusieurs kilomètres jusqu'à ce qu'il ne reste plus grand chose au bout de la corde.

~~ Abandonnés au milieu des bois avec les 2 pattes avant brisées où sectionnées (1 seule patte permettrait encore à ce chien très fidèle de suivre son bourreau).

~~ Poignardés ou égorgés puis jetés agonisants dans des fossés ou des décharges.

~~ Attachés solidement dans des lieux complètement isolés et à l'abri des regards (terrains vagues, vieux bâtiments, dans les bois), certains sont abattus d'un coup de fusil et d'autres sont tout simplement livrés à une mort très lente en étant abandonnés ainsi.
Mort qui les délivrera de leur triste sort plusieurs jours après qu'ils aient agonisé de faim et de soif.
Il n'est pas rare de retrouver les restes de ces chiens dans ces divers lieux.

Les rares chanceux à être découverts en vie par de bonnes âmes sont retrouvés sanguinolents et traumatisés.
Le cou profondément scié par le fil de fer ou la corde qui les maintenait prisonnier.
Blessures provoquées par leurs maintes tentatives désespérées pour se libérer de ce lien mortel.

C'est ainsi que plus de 8000 lévriers et podencos " chiens croisés " par an se font massacrer en Espagne dans l'indifférence de son gouvernement et de sa population.

                                                                ♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

_ Les trafics de lévriers " galgos " destinés aux courses et à la chasse entretiennent continuellement ces pratiques.

~~ Des femelles “ galgas ” sont isolées à plein temps dans des sous sols où leur unique fonction est de donner naissance à de futurs martyrs. Autant maltraitées et exploitées que les mâles, elles n'échappent pas à une mort horrible une fois que la nouvelle génération de femelles les remplace.
Les petits, après avoir rendus de loyaux services à ces hommes sous les coups et la peur, connaissent à leur tour les mêmes fins épouvantables que leurs aînés.

~~ Les lévriers et podencos errants qui sont mis en refuge sont rapidement euthanasiés (2 semaines après leur arrivée).
Comme en Espagne personne n'en veut, ils ne sont pas proposés à l'adoption.
Écartés des visiteurs et des éventuels adoptants, ils sont placés dans des enclos déjà bondés où ils subissent les attaques des chiens dominants. Le lévrier est un chien timide et craintif qui ne sait pas se défendre.
Mis en extérieur sous des températures hivernales ; souvent blessés et sans soins, assoiffés et affamés, ils attendent ainsi leur mort dans la peur et la crasse de leurs enclos.
La majorité se fait gazer. Beaucoup agonisent dans d'horribles souffrances “ plus de 20 min ” avant de succomber.


Cela vous rappelle-t-il une autre histoire ?

Le gouvernement espagnol ainsi que la population locale fait preuve d'une incroyable incompétence et d'insensibilité pour faire cesser ces barbaries.
Aucune mesure n'est prise pour punir et empêcher ces actes de se poursuivre.

En Espagne un chien peut être torturé, pendu, brûlé vif, traîné derrière une voiture etc.... sans que les responsables ne soient jamais condamnés ni même inquiétés par la justice .
L'animal est considéré là-bas comme un bien meuble pouvant être détruit par son maître.
Tuer un animal de tel ou tel manière ferait partie de leur codes d'honneurs.
Ces chiens, durant toute leur vie, sont torturés, battus où massacrés devant les plus jeunes qui n'y voient plus rien de choquant une fois devenus adulte. Ces comportements nourrissent ainsi un laxisme générationnel.
Se promener en Espagne avec un lévrier tenu en laisse, serait honteux et mal vu par beaucoup d'espagnols. Certains n'hésiteront pas à le faire savoir.
Ce chien est tout simplement utilisé avant d'être rejeté comme la peste.

10% seulement des Galgos et podencos “ croisés ” sont secourus par les rares associations espagnoles qui s'en préoccupent. Les animaux sauvés sont placés dans des refuges européens en vue d'une hypothétique adoption ou famille d'accueil.
Il faut continuer de faire pression sur les mentalités espagnoles ainsi que sur leur gouvernement pour que cessent ces actes inhumains et que des mesures draconiennes soient prisent à l'encontre des barbares.
L' Espagne est un pays européen qui ne respecte absolument pas le droit des animaux.
Si les chasseurs espagnols infligent de tels supplices à leurs chiens, il faut dans ce cas faire interdire la chasse avec des lévriers. Cela aura pour effet de faire cesser ces trafics multiples de lévriers qui conduisent à ce genre d'abus.

Date de dernière mise à jour : 21/02/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site